Réalisations / Productions / Documentaires

L’Enfant du pays

2002 - Un film de René Féret / Durée : 1h38 / Format : 35 mn - 1.85 / Son : Dolby SR / Visa : n°104657
L'enfant du pays
L'enfant du pays - affiche

Après “La communion solennelle” et “Baptême“, “L’enfant du pays” est le troisième volet d’une saga familiale à caractère autobiographique.
C’est l’histoire d’une enfance et d’une adolescence qui s’expriment à travers une centaine de petites séquences se passant dans les années quarante, cinquante et soixante dans une famille modeste du Pas-de-Calais.
Paul, le personnage principal, qu’on retrouve à 5, 13 et 18 ans est le fil de ce récit éclaté qui fonctionne dans le désordre du souvenir.
Les rencontres, les joies, les appréhensions, les premières amours, les amitiés, les déceptions, les rapports fraternels, les relations avec les parents, la découverte d’une vocation d’acteur et d’auteur, tout se mélange pour former le tissu irremplaçable d’un destin ordinaire dont les particularités renvoient le spectateur à sa propre histoire.

Je repense à mon désir de film, que j’ai eu à la fin du tournage des “Frères Gravet” quand j’ai aperçu le Saint-Bernard des vignerons de Bourgogne et qu’un film tout à coup s’est dressé devant moi. Oui, à nouveau le père, mon père, sa faillite, ses dernières années et Excy, mon Saint-Bernard, sa rencontre avec Diana et sa mort. Il fallait rester à cette époque, à cette inspiration, ne pas bifurquer vers John Fante, malgré son génie, ne rien adapter, revenir à ces années 60, dans ma famille, avec mon frère et moi, notre mère, les servantes, la nostalgie et la douleur pour les adolescents que nous étions de découvrir à travers tout ça, nos parents, le chien, le temps qui passe, les rêves brisés. Faire revenir tout ça, c’est sans doute la meilleure chose que j’ai à faire, si je conserve cette ligne, la tendresse, cette incroyable tendresse située dans la vérité de l’époque et de l’autobiographie directe. Comme “Amarcord” de Fellini. Ou les romans de John Fante. Toujours le même film au fond, le seul qui est aux tréfonds de moi, de ma mémoire affective, de mes souvenirs sensibles. Faire revivre mon père, c’est l’action fictive que je préfère par dessus tout, faire revivre cette époque de mon enfance, les souvenirs, au travers d’une saga familiale, encore, la mienne, avec ses spécificités et un regard qui n’appartient qu’à moi. C’est sans doute ce calme, insufflé par la naissance de ma fille, qui me ramène à ça, comme une évidence, alors que je m’échinais à trouver d’autres projets en passant par les oeuvres des autres, et tant pis si les financements ne suivent pas. Et tant pis si je me contredis, tant pis si je tourne autour du pot. Je sais que je vais finalement ressortir les vieux cahiers, et les vieilles photos, et les vieux souvenirs, et je vais remettre ça, car c’est ça que j’aime et que je sais faire, c’est ça que je sais mettre en scène, c’est ça qui me donne des forces pour me battre et pour vaincre les difficultés.

J’aime tourner dans le Nord-Pas de Calais. Pas seulement parce que j’y trouve et retrouve les lieux de mon enfance mais parce que tout est facile dans ce pays. Les gens sont adorables, abordables. Les gens sont incroyables. Vous leur demandez la lune avec le sourire de la simplicité et il vous la donne comme si c’était une chose sans importance. Ils ne réclament rien en retour, ils n’ont aucune suspicion, aucun frein à vous aider. Et ne croyez pas qu’ils soient dupes. Ils savent ce qu’ils vous donnent. Ils adorent le cinéma. Les tournages en tout cas. Ils aiment ce pari quotidien d’une équipe de tournage qui est de réussir à tourner tout ce qui est prévu dans la journée. Aucune vénalité chez eux, de l’amitié, de l’intérêt pour ce métier, de l’affection pour ces saltimbanques que nous sommes, tentant l’impossible à tout moment. Vous leur demandez leur maison. Ils vous la prêtent. Vous chamboulez tout, vous êtes 40 personnes à envahir les lieux et à les bousculer. Ils ne vous en veulent pas. Ils comprennent. Ils ne regrettent même pas de vous avoir aidés. Vous leur dites tout à coup d’enfiler un costume d’époque, de jouer un petit rôle. Vous les engueulez s’ils ne trouvent pas le ton juste tout de suite. D’ailleurs, ils le trouvent car ils sont incroyablement doués. Ils adorent ça. Ils sont heureux. Ca leur fait un bon souvenir. Je les aime pour ça. Cette simplicité, cette chaleur, cet humour, ce talent. Je reviendrai vite tourner dans ce pays.

René Féret, extrait du journal du 13 août 1995

Bande annonce

Distribution

Paul des années 40 : Lisa Féret
Paul des années 50 : Julien Henriet
Paul des années 60 : Antoine Taillez

Bertrand des années 40 : Marie Féret
Bertrand des années 50 : Jonathan Taverne
Bertrand des années 60 : Olivier Brasme

Aline : Sonja Saurin
Paul-père : Antoine Chappey
Charles : Philippe Nahon
Pierre Voisin : Julien Féret
Nivesse : Frédéric Hulné
Odette : Pauline Folon
la cheftaine : Elodie Bollée
Lamba : José Froment
la gouvernante : Dominique Marcas
la petite Aline : Chloée Mielcarek
Michel : Gilou Demouchy
Alphonse : Mamadou Diallo
Anne-Charlotte : Clémence Delattre
Gérard Merveille : Cyril Leroy
Pierre Merveille : René Féret
Christine : Julie Théry
Chantal : Sophie Lelong
Courtecuisse : Frédéric Michel
l'efféminé : Jérémie Lotte
le vétérinaire : Pascal Bérhault
le père Voisin : Jean-Luc Face
Agnès Voisin : Sara-Jeanne Drillaud
André Gravet : Jean-Yves Berteloot
Marie : Nathalie Besançon
Vanacker : Xavier Martel

Marie-Pierre Féringue - Nathalie Mazereuw - Frandol - Martine Guérard - Florence Deguen - Martine Lehembre - François Bonnaffé - Eric Strzykalski - Benni, Elva et Breki Valsson -Hervé Bailleul - Marie Cadet - Virginie Delecourt - François Bailleul - Darius - Nicolas Pigeard - Juliette Foulon - Stéphanie Denoyelle - Caroline et Julie Petit - Aurore Grimonprez - Nadine et Michel Durteste - Thierry Miquet - Jean-Vincent Fiévez

Technique

Scénario-réalisation-production : René Féret
Production et montage : Fabienne Camara
Lumière et cadre : François Lartigue
Ingénieur du son : Christine Charpail
Assistanat-réalisation et régie : Julien Féret
Décorateur : José Froment
Costumier : Pascal Souilliart
Assistante-caméra : Anna-Katia Vincent
Assistant-son tournage : Frank Duval
Maquilleuse : Florence Batteault
Coiffeuse : Sylvie Grimonprez
Photographes : Benni Valsson, Emilie Moysson
Mixage : Emmanuel Croset

Musiques :
Guiseppe Tartini - Concerto pour violoncelle en ré majeur - Orchestre de chambre de Jean-François Paillard - Violoncelle : Severino Zanerini - (p) 1989 Erato (c) Warner Classics International
Frantz Schubert - Duo Crommelynck (piano à quatre mains) (CLAVES digital) - Ländler D 618 / Marche héroïque OP.27 D 602 no.1 in si mineur / Divertissement à la hongroise OP.54 D.818 en sol mineur / Rondo en ré majeur OP.138 D.608
Johann Sebastian Bach - Concerto Brandebourgeois N°1 BWV 1046 - Allegro / Suite pour cordes N° 3 BWV 1068 - Aria / CARLIN CLASSIC-K MUSIK
Time Check (D.Lee) / KPM MUSIC:K MUSIC
Evelyne Stroh - "tourne Valse" / "sortie" / "gym" - accordéon : Marie-François Maumy
Benjamin Raffaelli - “2ème accordéon” / “boîte en Belgique” / “arrivée police”

Photos

Presse

Le Monde, Jacques Mandelbaum : “La mémoire, terreau intime et affectif de René Féret” (lire)
Le Monde des Ados : “Album de famille” (lire)
Télérama, Pierre Murat : “Les souvenirs de Paul, alter ego du cinéaste : entre petits bonheurs et grand secret” (lire)
CinéLibre, Jean-Max Méjean : “Un film sentimental, dans la lignée des grands Féret” (lire)

Commander le DVD